SEIGLE
Henri Julien (1907-1995) / Nô Pin (1912-1998)
Œuvres disponibles

Paysage, circa 1953
Femme debout, circa 1970

Henri JULIEN 1907-1995
Marie ou Nô PIN 1912-1998



Henri Julien naît le 16 janvier 1907 à Saintes, dans le département des Charente-Maritime, Il passe son enfance à Montauban où son amitié avec Félix Bouisset, conservateur du musée Ingres lui permet de travailler le dessin pendant 5 ans, c'est probablement lui qui lui fait faire la connaissance d'Edouard Vuillard.
En 1927, à Paris, il devient l'unique élève d'Edouard Vuillard.
Il entre en 1933 à l'Ecole des Arts Décoratifs de Paris où il est l'élève de Legueult, Il en sort diplômé en 1936, à partir de 1933 il suivra également l'Ecole du Louvre dont il sort diplômé en 1939.
En 1937 il rencontre Brauner et Breton et participera dès 1938 au groupe surréaliste.

En 1939, il épouse Marie ou Nô Pin née le 11 août 1912 à Cassagnoles dans l'Hérault, ; Elle a suivi les cours des Beaux-Arts de Paris et dès lors il peindront de concert sous le pseudonyme de Seigle
Dans sa préface à l'un des ouvrages qui leur est consacré, leur ami André Breton écrit: "Je pense qu'on ne saurait trop insister sur cet exceptionnel répondant de l'art de Seigle en valeur humaine: la chance nous est donnée d'appréhender non plus seulement les réactions d'une sensibilité individuelle, si riche soit-elle, ….. mais celles du couple le mieux parvenu à la fusion sensible, du fait que ses éléments ont toujours vécu côte à côte, partagé les mêmes impressions d'enfance et subi intellectuellement la même formation…Plus que la main d'un peintre, une main comme on n'en a pas encore vu, main d'homme indistincte d'une main de femme."

Le couple fera partie du groupe surréaliste jusqu'en 1951 et sera lié avec de nombreux écrivains, poètes et peintres parmi lesquels Alberto Giacometti, Nicolas de Staël, Hans Hartung, Henri Dubuffet et Serguei Charchoune.
Outre leur peinture de chevalet, iIs exécutent notamment des décorations pour les Charbonnages de France ainsi que pour les Postes et Télécommunications.

Henri Julien meurt le 24 mai 1995 à Paris et Nô Pin le suivra le 1er juillet 1998.

Mari et femme travaillent ensemble à compter de 1939. En 1960, ils passent du surréalisme imagier à une représentation de figures raides aux traits anguleux. Ils détruisent la plupart des toiles précédentes.
En 1966, enfin, ils deviennent abstraits, voire non-figuratifs. S'il leur arrive de peindre isolément et de signer conjointement, on estime que Henri Julien travaille paysages et nus, tout en finesse et poésie, tracés sur des fonds pastel, comme si le pinceau avait seulement effleuré la toile, tandis que Nô Pin applique l'huile au couteau.

"La touche ne fait plus du tout penser à Vuillard, elle a une régularité, une méthode, qui fait qu'on évoque Seurat, ce sont d'épaisses lignes à peu près droites qui s'entrecroisent, d'où cette apparence de gros tissu. On sent bien qu'une main de femme intervient ici. C'est comme un piquage à grands brins de laine. L'objet est cousu sur la toile. C'est une toile sur la toile…." Michel Butor

Expositions : Paris, Genève, Cologne, Osaka, Tokyo, Saint Paul de Vence, Palm Beach, Houston…
Musées : Musée National d'Art Moderne (Paris)…

Bibliographie :
○ Seigle, Manuceau Editeur, 1990
○ E. Bénézit Dictionnaire critique et documentaire des peintres sculpteurs dessinateurs et graveurs Gründ 1999
Biographie  
Pays France
Source  
Votre recherche