RICHTER Hans (1888-1976)
Cour 16 - Hans Richter
Hans Richter
Crédit photo



Hans RICHTER naît à Berlin en 1888; il meurt à Locarno en Suisse en 1976. Très tôt, il est attiré vers le dessin et exécute de nombreux portraits. Dans sa jeunesse, il est tour à tour apprenti menuisier et élève architecte.

Il étudie à l’Académie des Beaux-arts de Berlin, à l’Ecole des Arts et Métiers.
En 1909, il étudie à l’Académie de Weimar et fréquente en 1912 et 1913 les expositions du Blaue Reiter et du premier Herbstsalon (Salon d’Automne), au cours duquel il distribue « le manifeste du futurisme » de Marinetti.

Il devient membre du groupe expressionniste munichois constitué autour de la revue Die Aktion.

En 1916, blessé de guerre, il arrive en Suisse. Il se joint aussitôt au premier groupe Dada, pour des motivations déjà politiques dans leur antimilitarisme, ce qui l’amène, en 1919, à participer à la fondation d’une Association des Artistes Révolutionnaires à Zurich.

En 1917, il commence à dessiner en noir et blanc quelques compositions abstraites, en résonnance avec l’esprit des plasticiens du groupe Dada de Zurich, essentiellement Arp et Janco, ce qui aboutira l’Orchestre Dada, de 1918.

En 1919, il commence à peindre les Rotules, le Premier Prélude, peintures sur rouleau constituées d’une suite de onze dessins qui se modifient dans le temps, étape importante sur la voie de sa recherche spatio-cinétique.
En 1920, il réalise son second rouleau dessiné Fugue.

Ses recherches l’amènent à s’intéresser à l’expression cinématographique. Dès 1921, il se lance dans une carrière cinématographique en étant opérateur, monteur, régisseur puis producteur. Ses films d’avant-garde le font côtoyer Man Ray, Eisenstein, Fernand Léger, Calder, Max Ernst.
La même année, à Berlin, Richter réalise la première transcription d’un de ses rouleaux au cinéma, Rythmus 21, (devenu un classique de l’histoire du cinéma) qui sera suivi de Rythme 23.

De Juillet 1923 à Avril 1926, il publie des écrits sur l’art moderne dans la revue « G » avec la collaboration notamment de Mies van der Rohe et de Werner Graeff.

A partir de 1928, il produit de nombreux films expérimentaux.

Ayant recommencé à peindre, il réalise d’abord, pendant et après la Seconde Guerre Mondiale, des toiles (Contrepoint en gris et rouge, 1942)
A l’avènement du nazisme, il se réfugie en U.R.S.S. puis il émigre aux Etats-Unis. Il obtient alors la nationalité américaine. En 1942, il est professeur et directeur de l’Institut cinématographique au City Collège de New York.

Hans RICHTER devient membre de l’American Abstract Artists. Il rencontre Marcel Duchamp en 1946 à New York. De 1944 à 1954, il expose à New York, à Chicago, à San Francisco, à Paris, à Bâle, à Amsterdam

Il publie également des ouvrages sur le cinéma et la peinture : Film and Progress (1939-1940) ; Dada Kunst und Anti-Kunst (Dada art et anti-art) en 1964.

Dans ses œuvres abstraites, rouleaux ou peintures, réalisées au cours de la dernière guerre ou de l’immédiate après-guerre, on trouve, entre des morceaux d’une grande énergie graphique une étonnante délicatesse.

En tant que cinéaste-plasticien, il est singulièrement en avance sur son époque lorsqu’il écrit : « Il faudrait rompre enfin avec ce stupide préjugé que les problèmes dans l’art de notre temps ne pourraient être résolus qu’avec de la peinture à l’huile et du bronze. »

Hans Richter - DADA - art et anti-art
Editions de la connaissance, Bruxelles, 1965

Biographie  
Pays Allemagne
Source  
Votre recherche