Cour 16
Sélection de fin d'année
du 28 novembre au 20 décembre 2019 22/11/2019

Wanda-Davanzo-C.1970_galerie_cour16_sébastien_le_mitouard.jpg
Wanda Davanzo (1920-2017) Continuum N°13, c. 1970 Acrylique sur toile, 82 x 61 cm, signé en bas à droite. (Reproduit dans la revue Cimaise n°146)


La galerie Cour 16 a le plaisir de vous convier jeudi 28 novembre à partir de 18h00 au vernissage de son exposition de fin d'année.
Nous vous dévoilerons nos dernières nouveautés ainsi qu'une sélection de petits formats, d'oeuvres sur papier et de gravures par les artistes régulièrement présentés à la galerie, parmi lesquels Luis Arnal, Roger Bensasson, Albert Chaminade, Antoni Clavé, Wanda Davanzo, Nathalie Dumitresco, Michel Jarrot, Victor Laks, James Pichette, Isabelle Waldberg.

Exposition :
28 novembre au 20 décembre 2019
du lundi au vendredi de 14h00 à 19h00 et sur rendez-vous.

Ouverture exceptionnelle :

Samedi 30 novembre de 11h00 à 19h00
Samedi 14 décembre de 14h00 à 19h00

Nocturnes :
Mercredi 4 décembre jusqu'à 21 heures.
Jeudi 12 décembre jusqu'à 21 heures.
 

Cour 16
Quartier Art Drouot
La Nature vue par les artistes
L'accrochage

du 3 au 19 octobre 2019 01/10/2019

 

Cour 16
22ème édition du Quartier Art Drouot
La nature vue par les artistes

26/09/2019

 

Cour 16
Quartier Art Drouot
La nature vue par les artistes

du 3 au 19 octobre 2019 29/08/2019

003_victor_laks_vegetal-vert_recto.jpg
Victor Laks (1924-2011)
"Végétal vert, Août 1960"
Huile sur toile 116 x 89 cm
Signé et daté en bas à droite, titré, daté et contresigné au revers
Bibliographie : « Connaître la peinture de Victor Laks » Jacques Dopagne, 1980 Reproduit p.21 (8)


Pour sa rentrée 2019, la galerie vous présentera des oeuvres de Victor Laks de la série des Végétaux réalisés en 1960, à l'occasion de notre évènement avec le Quartier Art Drouot qui se tiendra début octobre sur le thème de la Nature vue par les artistes, en partenariat avec la Fondation Goodplanet de Yann Arthus-Bertrand.

Nous vous dévoilerons nos dernières nouveautés ainsi qu'une sélection d'oeuvres d'Artistes régulièrement suivis par la galerie sur le thèmes de la nature; petits formats, oeuvres sur papier, gravures parmi lesquels Roger Bensasson, Albert Chaminade, Antoni Clavé, Wanda Davanzo, Emilia Faure, Michel Jarrot, John-Franklin Koenig, Victor Laks, Isabelle Waldberg.

Exposition :
3 octobre au 19 octobre 2019
du lundi au vendredi de 14h00 à 19h00 et sur rendez-vous.

Ouverture exceptionnelle :

Samedi 5 octobre de 11h00 à 18h00
 

Cour 16
Dessin au quartier Drouot
du 21 mars au 5 avril 2019 17/02/2019

 

Cour 16
Victor Laks (1924-2011)
Dépaysages

du 11 octobre au 16 novembre 2018 02/10/2018

victor_laks_articule-mouvemente_1971_dépaysage__invitation_cour16.jpg


Pour sa rentrée, la galerie Cour 16 présentera un ensemble d'oeuvres de Victor Laks - peintures et oeuvres sur papier - permettant d'appréhender et de comprendre une oeuvre à la fois lyrique et intuitive d'un artiste qui après une période figurative, "adhéra pleinement à l'aventure de l'Abstrait". *

L'œuvre de Victor Laks est traversée de périodes. D'abord figurative, elle s'oriente vers l'abstraction, évolution qu'il commente ainsi : "Peignant, je découvrais une peinture que je faisais mais qui, en même temps, d'elle-même se faisait… Il me fallait, dès lors déceler les voies et les ressorts d'une dynamique essentielle qui me dépassait". Cette nouvelle pratique de la peinture le conduit donc à apprivoiser les formes. Entre structures stables et mouvements, entre densité et "zones épargnées" (Victor Laks), entre peinture en tonalités grises, brunes parfois bleues puis radicalement noires et blanches naît un monde tout en tension.

A partir de 1968, la couleur revient et ses peintures, ses lavis, gestuels dans leur mouvement général, se présentent alors comme des proliférations végétales, réseaux de lignes noires s'entrelaçant indéfiniment jusqu' à occuper l'entier espace de la surface.

Sa manière est remarquablement personnelle et si l'on y trouve les traces de la peinture gestuelle, du dripping et même du street-art, son écriture évolue selon les périodes mais reste présente et immédiatement identifiable.

Chez Victor Laks, "l'imaginaire se fait acte de dépaysement, il offre un dépaysage qui expose en surgissements d'images inédites l'incessante aventure d'un réel intérieurement vécu."**

* in «Victor Laks», Gérard Xuriguera. Editions "Art Moderne", Paris.
** in «Victor Laks, Notes", Jean-Clarence Lambert, préface au catalogue de l'exposition "Feuilles de présences" à la Galerie Christiane Colin, 1975.

■ Exposition :
11 octobre au 16 novembre 2018
du lundi au vendredi de 14h00 à 18h00 et sur rendez-vous.

 

Cour 16
Roger Bensasson
La Géométrie ouvre sur l'infini

Présentation des livres d'art réalisés avec Jean-Pierre Geay
Samedi 16 juin 2018 15/06/2018

roger_bensasson_art_geometrique_cour16_realites_nouvelles-jean-pierre-geay.jpg

TRANSGRESSIONS

Roger Bensasson fit sortir la peinture de ses conventions, de ses habitudes et des sentiers battus pour aller l’installer ailleurs, dans un lieu qui leur convenait mieux à tous les deux. Il choisit alors le carton qui lui offrait bien plus de possibilités que la peinture à l’huile, de chevalet, sur toile, à qui il reprochait de ralentir et de freiner sa spontanéité. Le carton lui permit alors de faire voler en éclats tous les codes et de pouvoir les réinventer dans une géométrisation libérée de la tyrannie de la couleur et de la grille illusionniste de la représentation spatiale.

Matériau commun et banal de notre univers quotidien, le carton s’est révélé être, pour Roger Bensasson, la source d’une inlassable créativité car le carton donne aux formes une existence matérielle en faisant de la spatialité, non plus un trompe-l’œil, mais une réalité. Ainsi le carton fit-il également disparaître la frontière séparant le tableau de la sculpture.

De cet effacement sont nés, produits de savants calculs, de nouveaux « objets esthétiques » mariant le « creux et le plein, le pli et le peint » dans de nombreuses et variées constructions architecturées où le relief et la couleur, par leur intime collaboration, se jouent de la lumière et de la profondeur.

Conçus à partir de la trilogie, fondamentale pour Roger Bensasson, carré/rectangle/triangle, en surfaces et en volumes, ne recevant de la couleur que ce qui leur est nécessaire et n’obéissant qu’à des lignes droites, verticales, horizontales, médianes, diagonales ou perpendiculaires selon une combinaison dans laquelle l’activité ludique trouve aussi son compte, ces tableaux-sculptures ont désormais acquis leur identité et affirmé leur indépendance à l’intérieur de son œuvre.

Tel est le domaine singulier de Roger Bensasson où son signe unique prolifère en de multiples variations et où la géométrie ouvre sur l’infini.


Jean-Pierre Geay
Novembre 2017

La galerie ouvrira ses portes le samedi 16 juin à partir de 15h00 à l'occasion d'une présentation des livres d'artistes de Roger Bensasson avec des textes de Jean-Pierre Geay.
 

Cour 16
Roger Bensasson
La Géométrie ouvre sur l'infini
L'accrochage

du 7 juin au 6 juillet 2018 06/06/2018

1 2 3 4 5 6 7 8 9  >